Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 27
Date d'inscription : 24/02/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://lelzoned.forumactif.com

Thought we built a dynasty forever couldn't break up [DylMas]

le Mer 7 Mar - 1:42
Dylan & Thomas
Thought we built a dynasty forever couldn't break up
Il s’en sentait idiot. Il l’était sûrement, d’ailleurs. Assit ici depuis trop longtemps déjà, mordillant l’ongle de son pouce, dans le silence rendu imparfait par le tic-tac d’une horloge qu’il n’avait pas choisi, le regard aussi perdu que son être tout , entier en cet instant là. Il ne savait ce qu’il faisait. La réflexion avait été déjà trop poussée, depuis la veille, il avait déjà eu le temps de se poser mille questions, jusqu’à la conclusion finale. C’était devant ses yeux, pourtant, depuis si longtemps, allez savoir comment il a fait pour… ne pas s’en rendre compte. Pour le nier, même inconsciemment, c’était d’une évidence, pourtant. Cette façon dont il avait de lui parler un peu trop, de saisir son téléphone dans l’instant où il vibrait. Cette manière dont il aimait se perdre dans ses yeux, et, merde, rien que sa présence, rien que sa présence était d’une telle plaisance qu’il fallait être un abruti pour se rendre compte qu’on n’avait pas envie de réduire le moindre centimètre d’écart qui puisse exister entre deux ‘amis’. Il se sentait pire qu’un adolescent qui découvrait ses sentiments, là, il avait du mal à se rendre compte être passé à côté de tout ça depuis tant de temps. Il était d’une connerie sans limites. Qu’est-ce qui l’avait distrait à ce point là ? Le boulot ? L’accident ? Sa certitude d’être hétéro peut-être ? Dans tous les cas, c’était risible.

Ca faisait presque 24h qu’il ne lui avait pas parlé. Il ne savait pas si c’était long ou pas, lui, ça lui paraissait insupportable. C’est à partir de ce moment qu’il s’est dit qu’il y avait quelque chose qui n’allait peut-être pas. Qui différait. Oui, il lui avait fallu leur première engueulade comme ça pour qu’il puisse se rendre compte de quelque chose. Il en riait nerveusement, c’était idiot. Qu’importe, il se leva. Attrapa les clefs de sa voiture, sortant sans téléphone, sans veste dans un froid mordant d’une fin d’après midi hivernal, mais, tant pis. Quittant l’hôtel pour la voiture, roulant jusque chez lui sans musique, sans l’heure, sans rien. Rien n’importait de toute façon. Il y allait pour quoi ? Bonne question. S’excuser peut-être. Parler sûrement. Dire quelque chose sur ce qu’il ressentait ? Peut-être. Ou pas. Il n’en savait rien, il avait du mal à réfléchir, trop énervé par lui-même et troublé par la vérité indéniable qu’il avait encore du mal à se voir imposée. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il voulait, non, il devait, le voir. Il n’y avait même pas de question possible. Il se gara maladroitement, sortit du véhicule, ne put malgré tout ignorer le froid mordant, jurant sur sa stupidité. Devant la porte, il toqua, se rappela qu’il y avait une sonnette, sonna. Un idiot, voila ce qu’il était. Il ne savait même pas comment expliquer la raison de soudaine venue. Un idiot.

(c) sweet.lips
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 24/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Thought we built a dynasty forever couldn't break up [DylMas]

le Jeu 8 Mar - 20:55
Thought we built a dynasty forever couldn't break up
Dylan & Thomas
••••

Il avait tout gâché. Il avait tout gâché n'est ce pas ? C'était de sa faute, de sa faute et de sa jalousie, jalousie dévorante qui ne cessait de grandir avec le temps, qu'il avait tenté d'étouffer, d'oublier, mais qui avait décidé d'exploser aujourd'hui. Pourquoi spécialement aujourd'hui alors que ça faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu, alors qu'il aurait du profiter sans rien dire, sans exprimer son mécontentement à voix haute sur cette fille qui tournait au tour de Dylan et qui lui ne faisait rien pour la repousser. Il s'était emporter comme un idiot. Quand il s'agissait de Dylan il avait toujours tendance à en faire un peu trop de toute façon c'était plus fort que lui. Thomas avait plus ou moins conscience que ce qu'il ressentait pour Dylan était plus qu'une profonde amitié, bien plus que ça, mais il avait tenté de se voiler la face, il avait continué à ne pas vouloir mettre de nom sur ce sentiment qui chauffait sa poitrine, par déni, mais surtout par peur, peur que leur relation change, voir se termine, peur de tout ce que ça impliquait, peur de tellement de chose. Il avait tout fait pour paraître le plus normal possible, pour n'éveiller aucun soupçon, rester fidèle à lui même et profiter de chaque qu'il passait avec Dylan, jusqu'à aujourd'hui, jusqu'à qu'il voit cette fille poser ses mains sur lui et qu'il ne le supporte pas, qu'il ne l'accepte pas. La il avait compris que quelque chose ne tournait définitivement pas rond. Et il était parti dans un excès de rage et avait tout fait déraper. Et aujourd'hui il ne pouvait plus nier, ni se voiler la face ou rien d'autre, tout avait été mis à découvert. Et le pire dans tout ça c'était que Dylan avait sans doute compris, et qu'il ne voudrait plus jamais lui reparler, le voir peut être, il comprendrait. Cette idée lui donnait les larmes aux yeux, tout comme le silence depuis 24h. Des heures qu'ils ne s'étaient pas parlés, alors que d'habitude ils ne perdaient jamais une occasion d'envoyer un sms ou bien de passer un coup de fil et ce silence le tuait.

Assis sur son canapé, se mordillant la lèvre, tordant ses doigts, il se retenait de se lever pour faire les cent pas, chose qu'il avait déjà fait des heures durant, lui donnant le tournis. Il ne savait pas quoi faire, pour arranger la situation, pour revenir vers lui, lui reparler. Il y avait une seule chose qu'il savait parfaitement, c'était qu'il ne voulait pas le perdre.

C'était perdu dans ses pensées qu'il entendit les coups à la porte, puis la sonnette. L'idée que ce soit Dylan ne lui vint même pas à l'esprit, alors il se leva pour aller ouvrir de manière totalement nonchalante, le regard vide, toute ses pensées vers Dylan, se demandant ce qu'il pouvait bien faire, si lui aussi vivait aussi mal leur dispute, si il se posait des questions... Tellement perdu dans ses pensées, qu'il ne se demanda même pas qui pouvait bien sonner à sa porte avant d'ouvrir et tomber nez à nez avec celui qui occupait sa tête tout le temps. « Dylan » Souffla t-il, soudain gauche, ne sachant que dire, quoi faire, se balançant d'un pied à l'autre. Il se mordit de nouveau la lèvre, baissant le regard, honteux peut être, appréhendant surtout, oui effrayé pour la raison de sa présence. « Tu veux entrer ? » Il faisait tout pour éviter que sa voix ne tremble, pour ne montrer toutes les émotions qui le traversaient. « Je crois... qu'on a besoin de parler. »


••••

by Wiise
avatar
Admin
Messages : 27
Date d'inscription : 24/02/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://lelzoned.forumactif.com

Re: Thought we built a dynasty forever couldn't break up [DylMas]

le Ven 9 Mar - 1:04
Dylan & Thomas
Thought we built a dynasty forever couldn't break up
Qu’est-ce qu’il faisait là. Qu’est-ce qu’il attendait, comment il avait réfléchit, avait-il réfléchit d’ailleurs, avant de prendre sa voiture. Non, pas vraiment. L’envie de voir Thomas s’était faite plus forte que le froid et avant tout plus forte que la raison. Il n’avait nullement prit le temps de s’arrêter, de penser, son esprit était empli juste de cette même vérité qu’il acceptait mais repoussait quand même, pensant y avoir trop réfléchit, que ça ne servait à rien de tourner avec cette idée fixe dans la tête. Tellement fixe. Il n’était plus question d’hésitations et c’était peut-être un problème. L’évidence de la vérité l’agaçait, son idiotie l’agaçait, la distance l’agaçait. Il décida de régler le dernier soucis au moins. Il descendit de sa voiture, trop troublé pour penser, toqua, sonna, aurait pu gueuler le nom de Thomas s’il avait mit plus de 5mn à arriver. Mais non, c’est bon. Il était là, il était juste là, venant d’ouvrir, et Dylan eu l’impression de redécouvrir son visage, comme, eh bien, il dirait à chaque fois, étant donné qu’il était lucide de ses sentiments maintenant. Quel con. Il se le répétait intérieurement. Attardé. Il transformait sa frustration en colère contre lui-même, colère d’être amoureux, de ne rien voir, de n’avoir rien vu jusqu’à aujourd’hui. Pour être honnête, il était dans un état tel où il ne saurait dire s’il en avait quelque chose à faire quand à la réciprocité de ses sentiments, trop occupé à s’insulter intérieurement. Il ne pouvait rien dire, rien penser des sentiments de Thomas quand lui ne savait pas encore gérer les siens. Quel con. Une deuxième fois.

« C’est moi. » Rien de ce qu’il ne pouvait dire n’était ni réfléchit ni pertinent, à ce stade là. Ses mots sortaient sans être mâchés, l’impulsion ne lui laissait pas le temps de s’attarder. « Non – quoique, si, en fait. » Il avait froid. C’était sûrement pas la seule raison, mais, il avait froid. Et la discussion pouvait être trop courte comme extrêmement longue. Il ne voulait pas prendre de risque. Il regardait Thomas dans les yeux depuis le début, mais son regard s’intensifia quand le blond dit qu’il faudrait parler. « Oui, ça c’est sur, même. » On aurait dit qu’il lui reprochait quelque chose. S’il n’était pas sec, son ton et ses paroles semblaient montrer un certain agacement. Il n’était pas dirigé à autre qu’à lui-même, mais il avait du mal à le contenir. « Bon, j’entre. » Il affirma, il entra. Il savait comment c’était, chez Thomas, il trouva la salle principale, s’y installa. La gêne ? Non. Il avait l'habitude d'être à l'aise chez Thomas. Il aurait du moins l'être aujourd'hui, mais, eh, il y avait plus important. Restait à voir comment aborder le sujet. Lui-même ne savait pas par quoi, comment l’annoncer. Il avait quoi à annoncer d’ailleurs, ‘coucou, j’ai découvert que t’étais pas juste un ami pour moi’ ? Désespérant. Il réfléchit quelques instants, sans rien trouver.  Quel con. « Tu voulais parler de ? » Oui, non, si. C’était lui qui venait se pointer, et c’était lui qui demandait. Mais lui n’arrivait même pas à saisir la raison pour laquelle il était venu. Enfin, si, il avait envie de le voir, mais, il était sur d’être venu pour parler aussi, mais parler de ça ? Dans cette situation ? Il se rendait compte que son impulsivité n’allait pas résoudre ce genre de problèmes. C’était des choses trop compliquées pour qu’elles puissent être lâchées aussi simplement.

(c) sweet.lips
avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 24/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Thought we built a dynasty forever couldn't break up [DylMas]

le Dim 18 Mar - 16:51
Thought we built a dynasty forever couldn't break up
Dylan & Thomas
••••

Pourquoi avait-il fallu qu'il ressente ce genre de chose pour son ami ? Pourquoi tout ça avait du changer ? Pourquoi son cœur s'était mis à battre plus vite, ses joues à rougir, son esprit à s'embrouiller, à paniquer à chaque fois qu'il posait les yeux sur sa personne, jalouser à chaque fois qu'il offrait une attention à quelqu'un d'autre que lui ? Pourquoi tout ça était partie bien trop loin ? Il ne savait pas, il ne savait vraiment pas comment il en était arrivé là, comment il avait pu tout a coup ressentir tout ça à son égard. Au début il l'avait ignoré, n'y prenant pas garde, puis c'était devenu plus fort, plus important, alors il avait tenté de l'étouffer, de se voiler la face, de garder tout ça secret, et il avait fini par exploser, parce que cette fille c'était la chose de trop, c'était la goutte d'eau qui avait déborder le vase. Et qu'est ce qu'il avait déborder ce vase, répandent toute son eau sur la relation amical si importante qu'il avait réussi à préserver en refoulant tout ces ressentis, tout ça, pour la réduire à néant en quelques mots, quelques gestes. Si il pouvait, il se frapperait.

Et il restait là, sur son canapé, le regard hagard, sans bouger, comme si c'était la fin du monde, de son monde. Il aurait pu aller le voir, ou bien l'appeler, pour réparer tout ça, s'excuser, lui dire d'oublier, que rien ne changerait, que c'était juste un moment de fatigue, d'égarement. Il aurait pu oui, mais il ne l'avait pas fait, parce qu'il ne pouvait plus, plus réprimer ses sentiments, parce qu'il n'aurait pas supporter de mentir de nouveau, à Dylan comme à soi même. Il n'en pouvait plus.

C'était d'un pas lent, le regard éteint, qu'il alla ouvrir la porte et tomba nez à nez avec le fruit de ses pensées. Il aurait pu penser à un rêve, à une illusion tellement il se sentait désespéré, mais non, il était bel et bien là en face de lui, et lui même n'en croyait pas ses yeux. Mais le son de sa voix et le frisson qui parcouru son épiderme lui prouva bien que tout ça c'était qu'une hallucination, encore moins quand Dylan décida de répondre à son invitation pour rentrer chez lui. Mille questions sans réponses se bousculaient dans la tête de Thomas.

Il le regarda s'installer sans un mot. Un hôte digne de ce nom lui aura proposer quelque à boire mais il n'avait pas la tête à ça, non son esprit ne faisait que penser à la conversation qui allait suivre, et ses mains tremblantes d'angoisses, son cœur prit de panique n'avaient pas l'air de vouloir se calmer. Il se posa en face de Dylan. Il soupira de manière tremblante quand l'acteur lui posa la question fatidique. « Je ne sais pas. » Oh si il savait, même très bien, il ne savait tout simplement pas comment l'aborder, il ne voulait pas détruire le peu de relation qui leur restait encore. « De ma réaction peut être... de la tienne aussi. » Ça pouvait être un début. « De toi, de moi, de - » nous. Il ne sortira pas de sa bouche ce nous, parce qu'il n'y avait pas de nous, parce que c'était trop pas vrai. Thomas, qui d'habitude était si sur de lui, si impassible, ce soir avait pourtant les lèvres tremblantes d'appréhension.  


••••

by Wiise
Contenu sponsorisé

Re: Thought we built a dynasty forever couldn't break up [DylMas]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum